Le programme des cantines scolaires bientôt revitalisé

Suspendues momentanément dans quelques écoles pour des raisons financières, les activités liées au projet « cantines scolaires » reprendront d’ici peu, a déclaré le représentant résident de l’ONG IPHD, Cristian Balan, au sortir de l’entretien le 20 mai avec le Premier ministre Clément Mouamba. « Nous avons arrêté dans quelques écoles par manque de financement, mais le Premier ministre s’est montré sensible à la situation des enfants. Ce problème trouvera bientôt une solution », a indiqué Cristian Balan, repré- sentant résident du Partenariat International pour le Développement Humain (IPHD), une ONG Américaine. Il était accompagné de l’ambassadeur des Etats-Unis au Congo, Stéphanie Sullivan, qui, pour sa part s’est dit rassurée de la relance des activités de ce programme. « Il faut s’attendre à un financement immédiat de la part du gouvernement congolais qui est en train d’examiner les dossiers, et on verra comment la situation évoluera dans un avenir proche », a renchéri la diplomate Américaine. Mis en œuvre au Congo depuis 2001 par l’ONG américaine IPHD et le PAM (Programme alimentaire mondial), le programme des cantines scolaires est cofinancé par les gouvernements congolais et américain. Il couvre actuellement 165 mille enfants dont 125 mille financés par le gouvernement congolais. Les menus ci-après sont distribués quotidiennement aux élèves: riz, haricot à la sauce tomate, purée de pomme de terre, bouillie de maïs, soja etc.

 

De 2001 à 2011, le programme a été entièrement financé par le gouvernement américain à hauteur de 125 millions de dollars, soit plus de 60 milliards FCFA. Le gouvernement congolais a pris le relais à partir de 2011 pour un financement atteignant près de 25 millions de dollars (12 milliards de FCFA). Mais depuis un certain temps, la contrepartie du gouvernement congolais a connu un retard. Djibrilla A. Issa présente le programme de la Banque mondiale au Premier ministre Dans la même journée, le Premier ministre Clément Mouamba a échangé également avec une délégation de la Banque mondiale (BM) au Congo conduite par son représentant résident Djibrilla A. Issa. Après avoir félicité le Premier ministre pour sa nomination, le représentant de la BM lui a fait état de toutes les questions liées à la croissance économique et à la compétitivité ; de l’appui aux secteurs sociaux, à savoir l’éducation et la santé, et des questions sur le renforcement de capacités des agents de l’Etat ou des institutions publiques. « Nous avons présenté ce cadre de partenariat stratégique, mais aussi les projets que nous mettons en œuvre dans le cadre de ce partenariat qui sont au nombre de douze pour un montant de 765 millions de dollars américains et des projets en perspective, notamment, dans l’agriculture commerciale, la sécurité alimentaire, mais aussi dans tout ce qui est télécom, comme la fibre optique », a précisé Djibrilla A. Issa. Les deux personnalités ont également évoqué les priorités du gouvernement, et partagé des réflexions sur le contexte économique actuel, et voir comment à l’avenir, elles pourront « mieux répondre aux besoins du Congo ». « Le partenariat CongoBanque mondiale est très dynamique, et au fur et à mesure, nous nous rendons compte que nous évoluons dans la mise en œuvre de ce partenariat. Nous rencontrons les autorités congolaises pour voir quelles sont les nouvelles priorités susceptibles d’être réajustées », a conclu le représentant de la BM. La série d’audiences chez le Premier ministre s’est refermée avec Li Junhai, directeur de la société Chinoise, Zhengwei Technique Congo, spécialisée dans le bâtiment-travaux publics-import-Export.

 

 

Auteur: Yvette Reine Nzaba

Source: Les Dépêches de Brazzaville